SNJ La liberté d’informer est-elle toujours d’actualité en France ? ...Lire la suite

Ensemble Insoumis Le rapprochement des deux Corées et la gauche radicale en Corée du Sud...Lire la suite

Débat sur la vaccination obligatoire

Une rencontre est organisée par la société interprofessionnelle de soins ambulatoire (Sisa) de Châtelaudren, jeudi. L'objectif : informer le public sur les vaccins.

Pourquoi ? Comment ?

Qu'est-ce que la Sisa ?

Arnaud Gillard, son gérant et Roland Briand, le coordinateur sont, parmi les professionnels de santé, à l'origine de cette Société interprofessionnelle de soins ambulatoire (Sisa) qui regroupe, dans un pôle santé, 38 professionnels de l'ancien territoire du Leff communauté. Elle est conventionnée par l'agence régionale de santé. « Née après l'échec du projet de maison de santé, notre structure juridique fait fonctionner des professionnels de santé, dont cinq médecins, mais sur plusieurs sites », expliquent-ils.

Quels sont les avantages pour la population ?

Cette organisation permet de garder des services de proximité, « son médecin, sa pharmacie », et a l'avantage de conforter l'offre de soins de premier recours, en mettant à disposition un médecin toute la journée, jusqu'à 20 h pour les urgences. Chaque commune peut aussi développer sur son territoire une maison de santé, « comme celle de Plouagat qui devrait bientôt ouvrir et qui travaillera avec le pôle santé ». Autre apport pour la population, chaque malade à un dossier unique informatique.

Et quels atouts pour les professionnels ?

« Ce système d'information partagé est accessible à tous les intervenants selon leur niveau, sous couvert du secret médical bien évidemment, et qui est, à chaque acte médical, complété soit par le médecin, l'infirmière, le kiné... ». Autre rôle de ce pôle santé, demandée par l'agence de santé, « mettre à la disposition du public des informations par le biais de conférences ».

Les vaccins sont, aujourd'hui, au coeur d'une polémique...

Le sujet choisi pour cette première conférence se raccroche à l'actualité puisqu'il concerne les vaccins. « La nouvelle loi impose aux parents l'administration de onze vaccins à leurs enfants, qui deviendront obligatoires à partir du 1er janvier 2018. » Un sujet sensible, « mais qui sera débattu en toute liberté. Nous ne sommes pas tributaires des laboratoires, les 'pour' et les 'contre' seront entendus par deux spécialistes. »

Qui animera le débat ?

Les intervenants, Muriel Halna responsable des urgences pédiatriques et Rodolphe Buzele, infectiologue, tous les deux à l'hôpital Yves-Le Foll à Saint-Brieuc, « vont refaire le point sur ce qui est étayé, les risques et les bienfaits, avec une revue exhaustive des informations sérieuses, solides et scientifiques ». Ils répondront ensuite à toutes les interrogations du public.

11 vaccins obligatoirs

Le Petit Echo de la mode Chatelaudren