Communiqué de presse des Insoumis concernant la réserve citoyenne

Non casse du service publicRéaction après l'annonce du maire de Saint-Brieuc de créer une réserve citoyenne pour pallier le manque de personnel du fait de la crise sanitaire 

La solidarité et l’entraide, constituent, pour nous, des valeurs essentielles au « bien vivre ensemble ». Ceci dit, ces valeurs ne doivent pas favoriser la casse du service public et masquer le rôle du travail rémunéré, tant au niveau financier qu'économique, social ou psychologique.

Dans cette période où les difficultés s’accumulent, l’appel au bénévolat peut apparaître comme une bonne idée. Cette démarche existe déjà via la Protection Civile, les Pompiers volontaires, la réserve citoyenne auprès de la préfecture et dans le tissu associatif.
Cependant, les emplois qui seraient confiés à des bénévoles (avec quel statut ?), sont des emplois de fonctionnaires qui nécessitent des compétences particulières, et qui sont rémunérés ! 
Ainsi, au nom d’économies budgétaires, la Ville de Saint-Brieuc souhaite remplacer un travail payé par un travail gratuit ! 

C’est une négation des compétences des agents municipaux qui serait mis en œuvre.
Les habitant-es de Saint-Brieuc ont le droit de bénéficier d'un service public de qualité. C’est le devoir de la municipalité de le maintenir et de le conforter. 
Cette mesure ne répond pas non plus aux revendications des agents de la Ville qui souhaitent de vrais recrutements pour assurer leurs missions. 

A l’heure où nombre de citoyen-nes basculent dans la pauvreté, il serait plus opportun de leur apporter un soutien en les salariant, et ainsi les maintenir dans l’emploi tout en leur apportant une expérience supplémentaire.

Trop souvent, les pouvoirs successifs, par leurs choix politiques, ont usé, abusé et abusent encore du bénévolat pour pallier leur abandon des plus précaires. De plus, la nouvelle municipalité de Saint-Brieuc veut nous présenter certaines de ses nouvelles mesures comme "inédites" et citoyennes. En réalité, nous pouvons observer comment elle entend répondre à la situation sociale en ménageant le libéralisme.

Nous appelons les briochin-e-s à refuser cette politique qui, sous l'apparence de la solidarité est une remise en cause du service public et une exploitation des  bonnes volontés.

Nous ne sommes pas opposés au principe de réserve citoyenne.  
Construisons une réserve citoyenne « sociale »  qui permette de créer du lien là où il est inexistant, mais pas pour permettre à la  Ville de faire des économies illégitimes.

Saint-Brieuc le 1er février 2021