Mesures populaires

Intervention de Plérin Citoyenne au conseil municipal du 28 Juin

Le 01/07/2021

Dans Actus

Jm clf plerin citoyenne

Monsieur le conseiller départemental,
Monsieur le Président de l’agglomération,
Monsieur le Maire,
Mesdames les conseillères, Messieurs les conseillers,

Les évènements de la semaine passée nous amènent à demander la parole avec une certaine solennité.

Nous pensons que l’abstention record qui vient de s’exprimer n’est pas un rejet de la démocratie, mais un rejet de la façon dont elle est vidée de son sens, et dévoyée dans son exercice.

Une démocratie qui pousse à la consommation passive quand il faut susciter la citoyenneté active, qui produit de l’individualisme quand il faut construire du commun, qui fait croire à l’homme providentiel quand il faut de l’intelligence collective, qui décide par le technique ou la finance quand il faut plus de pouvoir d’agir politique et citoyen, qui drague les électeurs, puis les trahie... Une telle démocratie produit l’abstention, la désespérance et la colère...

Nous savons que les procédures formelles sont respectées, mais les promesses non tenues, la casse des services publics, le sacrifice de l’Humanité au profit des plus riches, les injustices…sont insupportables.

Permettez nous de voir en l’abstention une forme de protestation qu’il est irresponsable d’ignorer, pire, de mépriser... Allez-vous continuer à invoquer la légitimité d’une si fragile représentativité ?

Nous rendons hommage et exprimons notre solidarité à toutes celles et ceux qui se battent à tous les niveaux pour une planète vivable et pour la justice sociale. Nous relevons les scores des listes écologistes et sociales et espérons qu’elles ne trahiront pas les espoirs placés en elles. Nous regrettons que les positions exprimées localement sur la rocade incitent à en douter.

Car si les précédentes projections du GIEC invitaient déjà à réagir et se sont révélées plus optimistes que la réalité, l’avant-projet du rapport qui a fuité mercredi dernier devrait être largement pris au sérieux à toutes les échelles.

Quel que soit le rythme de réduction des émissions de gaz à effet de serre, l’humanité va subir des changements lourds : pénurie d’eau, faim, catastrophes naturelles plus nombreuses et fréquentes, déplacements massifs des populations, pandémies chroniques ... Ces prévisions se réalisent sous nos yeux et le Giec nous annonce que « Le pire est à venir » !

Je ne sais pas vous, mais moi, je ne peux rester insensible à ces projections qui compromettent notre avenir, celui de nos enfants et des générations futures. 

“La vie sur Terre peut se remettre d’un changement climatique majeur en évoluant vers de nouvelles espèces et en créant de nouveaux écosystèmes”. Elle l’a d’ailleurs déjà fait MAIS “l’humanité ne le peut pas ! » En quelle langue faut-il le dire ???... C’est le dernier espoir offert aux humains de changer leur destin. Mais pour ça, il faut adopter des changements immédiats et drastiques.

DETAIL SI BESOIN

GIEC : Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat

organisme indépendant qui synthétise les études scientifiques de 195 pay

Le rapport d’évaluation complet de 4000 pages sera plublié en fevrier 2022

Il se veut bien plus alarmiste que le précédent de 2014 et a pour vocation d’éclairer les décisions politiques. Même avec un réchauffement global limité à 2°C, les conséquences sont cataclysmiques

2 milliards et demi d'êtres humains affectés d'ici 2050 : phénomènes climatiques extrêmes, montée des eaux, baisse de la production alimentaire,

+ 1.5 hausse par rapport aux valeurs pré-industrielles moyenne aujourd'hui 1.1...

Avec un réchauffement supérieur à 2°C, fonte des calottes glaciaires non retour...Hausse de la mer  de 13 métres.

Menace des mégalopoles.

baisse de 4 à 10% de la production des principales cultures... plus de famine (+ 130 000 000 de personnes tombant dans la pauvreté d'ici à 2030 (moins de 1 dollar 90 par jour..).

400 millions de personnes confrontées à pénuries d'eau et 420 millions par canicules (donc 140 000 000 de réfugié·es climatiques à venir

C’est pourquoi nous vous demandons, Monsieur le Président de l’agglomération, Monsieur le Maire, Monsieur le conseiller départemental, Mesdames les conseillères, Messieurs les conseillers, que l'aménagement du territoire tienne réellement compte de l'extrême urgence de changer de paradigme en matière de gestion.

Vous affirmez vos choix comme devant se soumettre à une politique économique "réaliste" et prônez encore la croissance, une politique digne du siècle dernier.

Depuis un an nous répétons (ici et dans les commissions) que votre action est largement insuffisante, voir irresponsable face aux enjeux démocratiques, sociaux, climatiques, et à l'effondrement de la biodiversité.

Monsieur le maire, lors du conseil municipal du 26 avril, vous avez dénaturé, comme souvent, nos propos sur les actions à mener en matière de transition écologique en déclarant : "On peut sortir une bible ou un registre de toutes les bonnes intentions, etc. Mais il y a ce qui relève d'une politique nationale, voire européenne et il y a ce qui relève du pratico-pratique. (...) On peut tous tenir un discours généraliste, aller à l'Assemblée Nationale ou au Sénat pour développer ça, mais ici, il nous faut du vrai concret".

Pourtant, nous vous en proposons du concret, par exemple : en stoppant l’artificialisation des sols et en acceptant les dernières préconisations du ScoT, en associant les habitant.es et les artistes à la réflexion sur l’espace des arts et en l’élargissant au devenir du centre bourg alors qu’émerge le quartier de la porte bréhant, en créant une monnaie locale pour encourager le commerce de proximité, en reconquérant la Vallée du Gouet en commençant par attaquer le nouvel arrêté pris au sujet de la carrière de Persas (respecter les engagements pris en 2008 quand vous étiez tête de liste « Ensemble partageons l’avenir), en stoppant la rocade sud, en réalisant la politique cyclable promise depuis 2011 et rendant gratuit les transports en commun, en inscrivant le risque alimentaire comme un risque majeur et en instaurant la sécurité sociale alimentaire, en actualisant la prévision des risques inondations/submersion sur les quartiers concernés…

Des propositions très concrètes et d’autres mesures à inventer avec les habitant·es...pour rompre avec les politiques d’attractivité qui nous semblent dangereuses et pourraient même s’avérer criminelles... Nous ne sommes pas entendu.es...

Sans demander à leurs citoyen.nes d’aller à l'Assemblée Nationale ou au Sénat, des communes ont intelligemment entamé des bouleversements, (Villes en Transition, adhésion bruded).

Nous vous demandons donc sans plus attendre de déclarer notre agglomération et notre ville en état d’urgence climatique et d’associer largement et vraiment toutes celles et ceux qui conscient·es du drame qui se prépare ont envie de s’impliquer dans le changement qui s’impose à nous !!! 

Vous ne semblez pas prendre au sérieux les signaux que nous relayons et cela nous inquiète ! Peut-être qu’en quittant le conseil municipal, serons-nous mieux entendu·es ! Au terme d’une année de mandat, nous marquerons notre désaccord et notre grande inquiétude en renonçant ce soir à prendre part aux différents votes…. Aussi, avant de quitter l’assemblée en signe de protestation, nous sollicitons qu’un débat portant sur l’adaptation de la politique générale de la commune aux changements climatiques soit organisé en Conseil avant la fin de l’année, préparé avec l’appui du comité consultatif pour la transition écologique et ouvert à toute la population.