Assemblée populaire : communiqué 2ème tour

Le second tour des élections municipales est désormais fixé au 28 juin alors que le simple respect de la logique démocratique aurait dû conduire à reprendre totalement le processus électoral.

Les deux listes qui briguent désormais la direction de la municipalité représentent des formations politiques qui administrent cette dernière mais aussi le pays depuis des décennies, tour à tour dans la majorité et l’opposition. Elles ont contribué à façonner la ville que nous vivons au quotidien : socialement exsangue, avec des services publics réduits, une urbanisation onéreuse et périmée à l’heure du chambardement climatique, et une baie qui est maintenant l’une des plus polluées de la côte Ouest.
L’enjeu est si crucial qu’il n’y a plus d’« arrangement » possible. Car les crises diverses et systémiques que nous traversons (économique, sociale, environnementale et maintenant sanitaire) relèvent d’une même spirale, celle de la course au profit, qui détruit nos richesses naturelles, nos moyens d’existence et nos libertés.

Beaucoup d’électeurs ne sont pas dupes de la réactivation très récente d’un prétendu clivage droite-gauche. Beaucoup d’entre eux savent en effet que, depuis des années, c’est le consensus mou qui a primé à l’échelle du Conseil d’agglomération où la confrontation politique a cessé d’exister. 

Au regard de ce lourd passif, nous considérons que nos électeurs sont seuls maîtres de leur vote.

Née à l’occasion de ces élections, l’Assemblée populaire va poursuivre sa route. Elle grandira en s’enrichissant des multiples expériences réalisées avec les habitant.e.s et les autres collectifs citoyens locaux. Aucune solution pour l’intérêt général ne peut être acquise sans qu’elle soit le fruit de débats, d’analyses partagées, d’une élaboration commune, d’actions concrètes ou festives avec la population.
Les bons résultats des listes citoyennes à Plérin, Langueux, Binic et Pordic confirment cette prise de conscience importante tout comme l’émergence, localement et nationalement, de nouvelles pratiques démocratiques. C’est bien dans cette réappropriation citoyenne des décisions politiques que nous nous inscrivons.

N’attendons pas la permission, faisons ce qu’il nous faut !

Saint-Brieuc, le 21 juin 2020

Ajouter un commentaire