Communiqué Goeleo Insoumis

Beach volley binic

Des articles parus dans la presse locale annoncent la construction d'un stade couvert de «volley de plage», ou Beach Volley, situé à proximité de la piscine de Binic. Un tel projet appelle de notre part, quelques remarques :

Tout d’abord sur l’aspect financier :
Consacrer à ce projet (en tenant compte des dépassements inévitables) une somme de près de 2 000 000€, est-ce raisonnable ? Surtout à un moment où on annonce des difficultés financières en raison de la baisse des dotations de l'État aux collectivités locales.
La population locale n 'est-elle pas en droit de discuter de ce choix, ceci alors que des besoins plus urgents ne sont pas satisfaits ?
Une large consultation s'impose sur le sujet !

Notre deuxième remarque concerne l’aspect sportif :
Qui décide des priorités dans ce domaine ?
Nous estimons que la constitution d'un office des sports rassemblant l'ensemble des associations s'impose afin d'éviter la pression de lobbies consacrée à la défense d'intérêts particuliers.
Nous pensons que les conditions pour un développement du Beach Volley existent en utilisant les nombreuses plages du secteur ! Il reste à accepter qu'il s’agisse d'une activité saisonnière comme le sont de nombreuses autres activités physiques.

La remarque de M. Raoult se félicitant de l'opération « car ce sera le seul équipement en France qui permettra d'accueillir l'entrainement des équipes internationales » est inquiétante, c’est une optique de business touristique, loin d'une conception démocratique du sport.
L'exemple de la base nautique de la Rognouse sacrifiée au bénéfice de la voile « habitable » liée au développement du port de Saint-Quay témoigne des conséquences d'une telle orientation.

Ajouter un commentaire